5 conseils pour le transport de produit ADR

5 conseils pour le transport de produit ADR

conseils pour le transport de produit ADR

5 conseils pour transport de produit ADR

En matière de transport routier, la prévention repose, entre autres, sur un règlement de transport appelé ADR (« Accord européen relatif au transport de marchandises dangereuses par route ») pour le transport routier international.

En Europe, c’est alors l’ADR qui régit le transport sécurisé des marchandises dangereuses. Cet accord n’a cependant pas force de loi, chaque pays contractant doit en assurer le contrôle sur son territoire selon sa propre législation.

Le transport de marchandises dangereuses (ou transport ADR) est rigoureusement réglementé. En effet, ce transport suppose des risques plus ou moins importants tels que l’explosion, la perte de matières dangereuses, des incendies, l’atteinte à la vie d’une personne ou à l’environnement … Le transport routier ne fait pas exception dans ce domaine. D’autant que le transport par route représente 80% du tonnage des matières dangereuses : il supporte un peu moins des deux tiers du trafic en tonnes kilomètres. Ainsi, tout conducteur de véhicules destinés au transport de matériaux dangereux doit être en possession d’un certificat de formation ADR.

C’est alors dans ce cadre, loin d’être anodin, que nous vous partageons aujourd’hui 5 conseils pour transporter un produit ADR.

1. Prendre conscience des risques du transport ADR

D’après les récentes statistiques publiées par le BARPI (Bureau d’Analyse des Risques et Pollutions Industriels), 142 incidents ou accidents graves sont survenus en France en matière de transport ADR au cours de l’année 2016.

67% de ces accidents se sont déroulés par voie terrestre. Il s’agissait essentiellement d’accidents routiers (46%) ou d’accidents liés à une erreur humaine (27%). La météo participait à ces accidents à hauteur de 3%, les pannes matérielles à 3% également, et 4% étaient dus à des mélanges de produits incompatibles. Bien évidemment, tous ces accidents ont porté (ou risqué de porter) atteinte à des personnes et/ou à l’environnement. Cet aspect chiffré reste essentiel dès lors que vous souhaitez obtenir des renseignements pour votre transport ADR. Il ne s’agit pas de nier les risques, mais plutôt de savoir les maîtriser en ayant toutes les données utiles à l’esprit.

2. S’informer sur les « matières dangereuses » comprises dans le transport ADR

En matière de transport ADR, on estime qu’une marchandise est dangereuse quand elle peut, lors de son transport, et dans l’éventualité d’un accident, porter atteinte à l’intégrité physique d’un individu ou à l’environnement.

Chaque matière dangereuse est associée à une classe de risque spécifique. Il en existe 9 en tout (comportant parfois des sous-classes).

  • Classe 1 : matières explosibles
  • Classe 2 : gaz
  • Classe 3 : liquides inflammables
  • Classe 4.1 : matières solides inflammables et matières autoréactives
  • Classe 4.2 : matières pouvant s’enflammer spontanément
  • Classe 4.3 : matières hydroréactives
  • Classe 5.1 : matières comburantes
  • Classe 5.2 : peroxydes organiques
  • Classe 6.1 : matières toxiques
  • Classe 6.2 : matières infectieuses
  • Classe 7 : matières radioactives
  • Classe 8 : matières corrosives
  • Classe 9 : matières et objets divers pouvant porter atteinte à l’environnement

Les déchets dangereux sont également soumis à la réglementation ADR. Leur transport (qui constituera donc un transport ADR) doit alors respecter les mêmes règles que celles émises pour le transport des marchandises dangereuses.

3. Prendre connaissance des obligations à respecter lors d’un transport ADR

Le transport de marchandises dangereuses suppose de respecter un certain nombre d’obligations. Celles-ci concernent :

  • la nature du produit dangereux transporté
  • le conditionnement du produit
  • ce qui recouvre le marquage et l’étiquetage de la marchandise
  • les véhicules utilisés pour le transport (signalisation et équipement obligatoire)
  • toutes les modalités d’expédition et de réception de la matière dangereuse
  • le conducteur lui-même

Tout transporteur de marchandises dangereuses doit d’ailleurs être titulaire d’un permis ADR (sauf pour les transports exemptés).

La réglementation ADR impose également la mention de certains éléments sur le document de transport :

  • la désignation réglementaire avec le numéro UN ou ONU
  • le nom technique du produit (nom commercial interdit)
  • la classe de risque et le groupe d’emballage
  • la quantité totale de chaque produit dangereux
  • les coordonnées de l’expéditeur et des destinataires (nom et adresse)
  • le code tunnel quand il existe

Le document de transport peut se présenter sous différents formats : document classique, document de transport dit multimodal, bon de transport ou de livraison, BSD pour les déchets.

4. Se renseigner sur le conditionnement dans le cadre d’un transport ADR

Les marchandises dangereuses doivent être emballées suivant les prescriptions données sur la fiche de données de sécurité. Les contenants doivent être en parfait état et tout à fait étanches : en effet, toute détérioration pourrait présenter un risque de fuite de matières dangereuses. Le remplissage du transport ADR doit être réalisé de façon modérée, en ne dépassant pas le niveau maximum indiqué sur le contenant.

L’emballage doit aussi pouvoir encaisser plusieurs chocs et chutes, ce qui constitue une sécurité supplémentaire au cours des diverses étapes de manutention / chargement / déchargement.

La compatibilité entre le contenant et le contenu doit également être vérifiée pour éviter toute réaction entre les deux parties. Il est par exemple impossible de stocker du silicate de soude dans des emballages en inox.

Tout emballage doit enfin être homologué et étiqueté en accord avec la réglementation ADR.

Pour chaque emballage, le groupe d’emballage précise le niveau de danger associé au transport de la marchandise considérée. Il existe trois degrés de dangerosité :

  • GE I : marchandises très dangereuses
  • GE II : marchandises moyennement dangereuses
  • GE III : marchandises faiblement dangereuses

Il est à noter que tous les produits ne disposent pas forcément d’un groupe d’emballage attitré.

5. Se rappeler des éléments devant figurer sur le document de transport ADR

La réglementation du transport ADR impose l’apposition de certains éléments sur le document de transport :

  • la désignation réglementaire avec le numéro UN ou ONU
  • le nom technique du produit
  • la classe de risque
  • le groupe d’emballage
  • la quantité totale de chaque produit dangereux
  • les coordonnées de l’expéditeur et des destinataires (nom et adresse)
  • le code tunnel lorsqu’il existe

Le document de transport peut, en pratique, se présenter sous de multiples formats : document classique, document de transport dit multimodal, bon de transport ou de livraison, BSD pour les déchets.

Le code tunnel correspond à diverses catégories. Chaque tunnel est affecté à une catégorie (de A à E), ce classement pouvant varier suivant les jours et les heures. Chaque tunnel est donc classé dans l’une des catégories suivantes :
Catégorie A : aucune restriction
Catégorie B : interdictions pour les marchandises dangereuses avec risque d’explosion très importante
Catégorie C : interdictions pour les marchandises dangereuses avec risque d’explosion très importante, risque d’explosion importante ou fuite de gaz toxique
Catégorie D : interdictions pour les marchandises dangereuses avec risque d’explosion très importante, risque d’explosion importante ou fuite de gaz toxique ou risque d’incendie important
Catégorie E : interdictions pour tous les transports de marchandises dangereuses

Une signalisation particulière des catégories allant de B à E est impérative sur le transport concerné. Un transporteur de marchandises dangereuses ne peut passer que dans les tunnels dont la catégorie précède son code de restriction. Ainsi, si une marchandise dangereuse porte le code E, elle ne pourra passer que dans les tunnels de catégorie A à D.

Enfin…

Le transport de matières dangereuses, notamment sur route, a toujours fait peur, car les accidents peuvent s’avérer être impressionnants (explosions, incendies), perturbants (routes bloquées, périmètres de sécurité), même s’ils sont plus rarement graves ou polluants, grâce au professionnalisme et au respect des consignes de sécurité des transporteurs spécialisés. C’est ainsi que nous vous proposons notre expertise pour réaliser votre transport ADR. Spécialisés dans le transport routier entre la Suisse et l’Italie, nous prenons également en charge votre transport international entre la Suisse et tout autre pays européen.

Souhaitez vous un devis en Suisse, en Italie ou entre la Suisse et l'Italie?